Accueil literrature Lectures du mois

Lectures du mois

0
0
23

Couverture l'escalier magique 2 retravailléé avec photo (2)600pixels webAlors que l’automne s’installe dans sa version hivernale, je vous partage mes dernières lectures. Le premier livre de cette liste que j’ai lu est la biographie de Stephen King : Ecriture mémoires d’un métier. C’est l’histoire d’un gars qui n’est pas né avec une cuiller en argent entre les dents et qui va devenir écrivain ! Ce livre est remplie d’une belle énergie, d’une force tonique. J’ai eu envie de lire vite. Je me suis mise à penser comme l’auteur, un parler cru et sans concession, un petit moment de délivrance dans notre monde aux apparences charmeuses. C’ était un peu comme taper dans un coussin en libérant sa colère, sacre bleu ! Dans la deuxième partie du livre Stephen King parle de l’écriture , de son écriture et l’on apprend à la fin du livre que cette écriture lui a permis de reprendre vie après un terrible accident. « l’écriture n’est pas la vie, mais je crois qu’elle peut être parfois le moyen de revenir à la vie » nous confie l’auteur dans les dernières pages de son livre.

Ensuite j’ai lu deux livres d’Astrid Lindgren , cette auteure suédoise qui a écrit des livres pour les enfants. J’ai ressorti de ma bibliothèque mon chouchou « Le petit dragon aux yeux rouges » pour lire ensuite un livre que j’ai trouvé sur une brocante « Les mille et une farces d’Emil ».

« Le petit dragon aux yeux rouges » est une courte fable. L’histoire se passe dans une ferme suédoise. Deux enfants, un frère et une sœur découvrent par un matin d’avril, un petit dragon au milieu d’un couvée de petits cochons. Nous suivons l’histoire racontée avec nostalgie par la petite fille devenue adulte, cette épopée surréaliste. Les deux enfants vont prendre soin et s’attacher à ce petit dragon avant qu’il ne s’envole en direction du soleil couchant. C’est une histoire qui parle du lien, de l’attachement et de la séparation. Ce qui me fascine dans ce livre, c’est la manière dont l’auteure Astrid Lindgren amène le fantastique dans le monde bien réel, au ras des pâquerettes pourrait-on dire dans un coin de porcherie.

Dans « Les mille et une farce d’Emil » j’ai retrouvé l’Astrid Lindgren de « Fifi Brindacier » et qui nous raconte les enfants tels qu’ils sont, tels que les adultes ont bien du mal à les voire . Emil fait plein de farces parce qu’il est plein de vie , il suit sa vitalité et se retrouve dans des histoires complètement farfelues. Il fait tant d’effort pour faire plaisir à son père, et patatrac il n’est pas toujours compris alors qu’il y met tellement de bonne volonté et de coeur. Emil suit son énergie de vie et son coeur. Finalement après bien des péripéties tout fini bien. à lire et à relire pour retrouver l’enfant qui vit en nous.

Le troisième livre m’a été prêté par un proche qui me l’a remis dans les mains quasi religieusement : Amélie Nothomb » Les prénoms épicènes  » Je suis tombée dedans et n’ai ressorti la tête qu’après l’avoir terminé. C’était mon premier Amélie Nothomb, une auteure à ne pas manquer, une écriture vive et fluide. Un sujet terrible : la haine d’une fille pour son père qui ne l’avait pas franchement désiré. Acide, superbe.

A mon quatrième livre, j’avais allumé le chauffage et j’avais besoin de douceur. Je me suis laissée tentée par « Un amour de chat » de Melinda Metz qui surplombait ma plie de livres à lire. Un roman « feel good » écrit par une scénariste américaine. L’histoire d’un chat qui décide de faire se rencontrer les gens petits et grands qui sont faits pour vivre des choses ensemble. C’est bien écrit , ça se lit vite, on s’enroule dans un plaid et l’on passe un bon moment. Mais où est donc passé mon chat ?

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par livres2imaginaire17marottemp
Charger d'autres écrits dans literrature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

L’escalier magique- livre papier

L’ ESCALIER MAGIQUE- Le monde enchanté des Florimousses Le livre  « L&rsq…